Dévoilé au public américain en septembre 2013 et diffusé en France l’année suivante sur TF1, The Blacklist suit Raymond « Red » Reddington, l’un des fugitifs les plus recherchés par le FBI, qui se rend en personne au quartier général du FBI à Washington. Il affirme avoir les mêmes intérêts que le FBI : faire tomber des criminels dangereux et des terroristes. Au cours des deux dernières décennies, il a dressé une liste des criminels et terroristes qu’il croit introuvables par le FBI car ce dernier ne connaît même pas leurs existences. Reddington l’appelle « La Liste noire » (« The Blacklist »). Il coopérera, mais insiste pour ne parler qu’à Elizabeth Keen, une profileuse inexpérimentée du FBI, qui s’interroge sur l’intérêt soudain que Reddington lui porte, alors qu’il soutient qu’elle se trouve être très spéciale…

The Blacklist réussit habilement à faire de son méchant un personnage mystérieux, aux intentions troubles, mélange de monstre et de chic type ambigu au possible. Il faut tout le talent de James Spader pour lui donner sa splendeur et cette classe qui rend le personnage si épique. Rarement une première saison ne m’avait autant epoustouflé, j’étais en apnée sur chaque épisode.

Second personnage important de la série, Megan Boone, dans le rôle d’Elizabeth Keen, qui se trouve être une jeune novice au sein du FBI et embarquée dans une histoire contre son gré. On aime que les scénaristes nous fassent comprendre très vite qu’elle n’est pas qu’une héroïne attachante embarquée dans une sale histoire, mais qu’elle peut être bad ass en mode Jack Bauer, si les événements le demandent. Le reste de la série n’est pas un sommet de finesse. Pour nous accrocher, les scénaristes ont en effet mis le paquet : fusillade, enlèvement, grands sentiments, mystères et rebondissement final.

Un spin-off a été fait depuis cette série « The Blacklist Redemption » mais celle-ci a été annulée au bout d’1 saison.

La série est construite d’une certaine manière, à chaque épisode on retrouve un nouveau criminel suivi par l’histoire cachée de Reddington. Certain épisode sont plus accès sur cette histoire mais d’une manière générale elle reste secondaire dans les premières saisons.

La liste de Reddington étant réel, une unité va être créée spécialement pour traquer ces criminels. D’autant plus quand l’agent Keen va découvrir que ce n’est finalement pas juste qu’une liste de criminel mais que ça va beaucoup plus loin que cela…

Le casting est vraiment très réussi et certain criminel notamment à partir de la saison 3 sont véritablement badass. Les rebondissements vont vraiment dans tous les sens et cela va peut être vous rendre fou. En tout cas, moi ça me l’a rendu. Il y a certes quelques facilités scénaristiques, une certaine longueur au milieu de la série mais les 2 dernières saisons sont assez exceptionnelles.

Autre très bon point, c’est le choix musical, la musique est très présente et très précieuse, chaque moment important comporte une chanson extrêmement bien choisie.

Une 7eme saison a été commandée qui sera sans doute la dernière au vu des audiences qui baissent et que beaucoup de secrets ont été levés dans la série.

En somme, une bonne série qui nous tiens en haleine, des rebondissements à tout va, une histoire assez sensationnelle subjugué d’une belle bande son, vous l’avez compris, cette série est l’une de mes préférées et je vous la recommande chaudement.